• LE FONDATEUR

    L'ANDT, c'est avant tout la volonté et l'action d'un homme : Gérard VALLET, son fondateur (1994) et actuel Président. Son parcours professionnel l'a conduit tout naturellement vers le concept du télétravail. Informaticien d'origine, il s'est rapidement orienté vers l'enseignement de l'informatique, d'abord pour CAP (devenu CAP-Sogeti).

    En assurant une formation à l'Université de Montréal, il noue quelques relations avec un grand groupe de télécommunication dont les travaux sur le travail à distance le captivent. Représentant français à la conférence de Mexico sur la sécurité des grands sites informatiques, il ira jusqu'à Cuernavaca, sur les traces du fameux Ivan Illich et sa célèbre société sans école, théorie qui alimente sa réflexion sur l'apprentissage.

    Ses premiers travaux sur l'enseignement assisté par ordinateur (sous la conduite du Docteur Y. TALLINEAU) sont publiés. Il participera aux travaux de la filière électronique à l'Assemblée Nationale et y nouera quelques relations politiques. Il s'oriente ensuite vers l'informatique dédiée aux Ressources Humaines et y consacrera 20 ans de sa vie, d'abord chez GFI, puis au Groupe Lincoln et au Groupe Séléfrance. Farouche défenseur de l'indépendance, il fonde en janvier 2000 une nouvelle entreprise consacrée au télétravail, à la téléformation, aux ressources humaines et aux nouvelles technologies. Depuis 2002 il est partenaire de l’APCE (Agence pour le Création d’Entreprises).

    Invité en Afrique (Sénégal) pour réfléchir à l'avenir du continent face aux NTIC, il poursuivra sa collaboration de retour en France avec d'autres institutions. Proche des étudiants, il est maître de mémoire, d'abord en 1997 et 1998 pour l'IPAG puis l'Université Paris VIII (UFR de psychologie sociale). Il aura la chance d'y rencontrer M. Rodolphe GHIGLIONE, alors vice-président de l'Université, qui deviendra son ami et avec lequel il travaillera (jusqu'à son décès) sur l'enseignement à distance. Il sera aussi proche des étudiants (DESS et Doctorats) afin de les aider et les conseiller. Il interviendra aussi pour la Maison des Sciences Humaines - Paris XIII. Il signera la Charte européenne pour le Développement du Télétravail et deviendra partenaire du projet européen Emerit Network. Il apporte en 2006 sa contribution au rapport de la mission parlementaire remise au premier ministre. À la demande de Monsieur Yves JEGO, alors secrétaire d'état à l'Outre-Mer, il rédige au cours de l'été 2008 un rapport visant à intégrer le télétravail dans l'économie d'Outre-Mer. Il avait été quelques années plus tôt l’invité de la Chambre de Commerce et d’Industrie de la Martinique pour y présenter le télétravail. Il participe au siège de l'UMP aux rencontres sur l'emploi en décembre 2008. Il se consacre plus particulièrement maintenant à l'enseignement et au travail à distance et donne des conférences sur le télétravail. En 2011 il devient intervenant Expert à Sup RH. Également invité à participer au collectif ACTIPOL21, il reprendra ses distances assez rapidement car opposé au principe de financement des télécentres par les collectivités locales. En 2013 il devient Expert auprès de FACE (Fondation Agir Contre l’Exclusion) dans le cadre de la commission nationale sur la "Gestion prévisionnelle des temps de vie".

    Gérard VALLET considère, depuis que le télétravail est enfin entré dans le code du travail, qu’il doit maintenant se consacrer davantage sur l’avenir du travail lui-même. C’est pourquoi ses travaux portent actuellement sur de nouvelles approches des relations sociales, sur le nomadisme, sur l’urbanisme (villes numériques) ou encore sur la notion des déplacements contraints.