• Faut-il encore faire grandir les villes ? (1)

    25 septembre 2014 - Depuis le 3 juillet 2014, une question me taraude l’esprit. Pourquoi toutes les villes actuellement grandes moyennes ou petites veulent-elles devenir plus grandes encore qu’elles ne le sont ? Je n’ai pas la réponse. Par contre, j’ai décidé d’essayer de comprendre si une autre démarche n’apporterait pas davantage de réponses aux attentes de mes concitoyens.

    Ce 3 juillet dernier, j’étais invité à faire un exposé au Palais des Congrès et de la Culture du Mans, sur le thème : « Est-il possible de développer une entreprise numérique en milieu rural ? »
    J’avoue que ce thème me laissait vraiment perplexe. Car, s’il est évident que c’est possible (dans ce cas pourquoi organiser un débat) il me semblait que ce choix ne pouvait que compliquer les choses. Sauf, et c’est sur ce plan que j’avais articulé mon exposé, si les raisons profondes de ce choix sont économiques.
    Bien entendu j’avais un doute car après mon exposé, de jeunes créateurs allaient prendre la parole pour expliquer leur aventure.
    Croyez-moi ou pas, mais ce que j’avais prévu s’est confirmé. Bien entendu c’est l’argument économique qui arrivait en premier pour construire un bâtiment à la sortie de l’agglomération.
    Bien entendu que la longue liste des inconvénients se serait résumée à rien si la même entreprise avait eu les moyens de s’installer sinon en Centre-ville mais à proximité immédiate.

    Mais pensez un peu que pour une entreprise numérique en milieu rural, ne pas pouvoir bénéficier du très haut débit peut sembler rédhibitoire. Alors, on passe le problème sous silence tout en expliquant que des solutions alternatives existent (ce qui est vrai) mais a des tarifs élevés (ce qui est tout aussi vrai).
    Bref, d’après le Schéma d’Aménagement Numérique de la Sarthe, il faudrait compter plus de 430 millions d’euros d’investissements pour le travail de base, afin d’équiper le département en fibre optique.
    Pourquoi pas, mais surtout pourquoi ?
    Si vous voulez bien croire que le même chiffre s’applique à tous les départements français, l’idée devient irréaliste.
    La question est donc de savoir si le THD est possible partout, en zones rurales comme dans les agglomérations où les constructions ne sont plus horizontales mais verticales ?
    Je veux bien entendre que le progrès peut réduire le chômage. Mais les progrès de ces 20 dernières années ont surtout permis au chômage de progresser.
    Plus les villes grandissent et plus le chômage diminue. Faux, les chiffres montrent que les anciens chômeurs restent au chômage et que les nouveaux venus qui travaillent sur des activités nouvelles font que statistiquement le chômage ne baisse pas alors que la population augmente. Une sorte de vis sans fin.

    Alors oui je me pose la question : faut-il toujours voir plus grand ?
    Actuellement toutes les villes, toutes les régions cherchent à centraliser les énergies, le pouvoir de la richesse et des revenus.
    Le monde rural serait ainsi abandonné (c’est quasiment le cas) et déjà menacé de désertification. Combien de petites villes semblent sans avenir ?
    Pourtant, les lieux de croissance ne sont plus forcément ceux du bien-être.
    Les régions locomotives de la compétitivité ne sont plus forcément celles du progrès social.
    Il faut prendre un peu de temps pour y réfléchir non ?

    Alors je suis rentré de cette si jolie ville du Mans en pensant que beaucoup de responsables vivent encore avec cette idée que, pour favoriser le développement de leur région (premier axiome) il faut dynamiser l’appareil de production et attirer « les emplois métropolitains supérieurs ».

    Ma conviction est que tout ceci est une fuite en avant très dangereuse. Que ferons-nous quand la France ne sera plus qu’une immense ville ?
    Je crois donc le moment venu de proposer une nouvelle géographie économique qui intègre les plus récentes évolutions en matière de travail à distance et de la bonne utilisation des moyens techniques.

    Pour ma part, je vais naturellement travailler cet aspect de notre développement. Ce que je vous propose, c’est de participer à ce travail et de me faire part de vos idées et suggestions.
    De mon côté je m’engage à publier ici-même le fruit de mon travail avec bien entendu vos participations.

    Alors au travail et à très bientôt.

    Gérard VALLET


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :