• AVEC L'ETRANGER

    Certes, la vocation première de notre association est de développer le télétravail et la téléformation en France.

    Pourtant, nos actions conduites à l'étranger sont systématiquement des sources importantes pour la conception des actions que nous conduisons en France.

    Souvenons-nous de notre premier voyage d'études en Amérique Centrale et du Sud. Le Chili avait été un choc important. A l'époque, nous avions pu y voir des équipements inconnus en France et surtout une population très jeune et très en avance pour ce qui concerne l'usage des outils mobiles de communication.

    Santiago (Chili)

    Notre intervention en Afrique (Dakar - Sénégal) n'avait pas manqué de nous interroger sur nos attentes permanentes d'équipements plus modernes, plus rapides, plus hautement technologiques pour commencer à télétravailler.

    Gérard VALLET lors de son accueil à Dakar.

    Sur les pistes, une simple cabane équipée d'un groupe électrogène et d'un micro-ordinateur hors d'âge utilisé par une personne compétente bilingue, portait le nom de télécentre. Nous pouvons en sourire, mais le service était réel et assuré en permanence alors que les conditions sont épouvantables (stabilité électrique, vent et poussières, chaleur et réseau de télécommunications assez précaire). Mais cette nation qui n'avait manifestement pas réussi à saisir sa chance dans la révolution industrielle, tenait tout particulièrement à réussir celle de l'informatique et des réseaux.

    Enfin, bien que les Antilles soient françaises, la zone Caraïbes présente bien des spécificités. Pourtant, dès l'arrivée dans les locaux de la CCI du Lamentin, on ne peut faire autrement que de constater que nos images sur nos départements lointains ne sont pas les bonnes.

    Conférence dans les locaux de la CCI de Fort de France.

    Ainsi, pour mieux comprendre comment il convient de développer le télétravail en France, il est souvent très utile et toujours enrichissant d'aller visiter ces pays que nous imaginons moins développés. Souvent, la terminologie réserve bien des surprises.

    Inversement, le Québec (BELL), malgré nos efforts, n'a jamais souhaité participer à un quelconque partenariat pour nous aider à développer chez nous leurs "boutiques du télétravail". Très concrètement, les Québécois n'avaient rien à apprendre de nous.

    Pratiquement la même chose avec l'Espagne. Des rencontres sympatriques avec le responsable national, mais pas d'actes concrets.

    Alors, nous continuons de voyager, pas forcément loin et pas nécessairement de façon officielle, mais nous ne perdons jamais notre temps à l'étranger.