• 9 ans pour sortir mon idée de son chapeau, il faut le voir pour le croire ...

     

    Le Premier ministre Édouard Philippe a diligenté une mission afin d'étudier la possibilité de recourir au télétravail pour limiter certains arrêts maladie.

     

    Pour certains cas de figure, l'interruption de travail est liée à des empêchements logistiques plutôt qu'à une véritable impossibilité de travailler. Une fracture du tibia, par exemple, peut nécessiter jusqu'à 240 jours de repos ; mais elle n'empêche théoriquement pas de se servir d'un clavier et d'une souris.

    Le 13 novembre, Édouard Philippe a profité d'un groupe de concertation pour évoquer l'idée du télétravail en arrêt maladie et commander une mission qui devrait accoucher de plusieurs propositions dans les mois prochains.

     

    Revenons 9 ans en arrière.

    France Info invite le Président de l'ANDT au journal du matin le 27 mai 2009.

    Il faut rappeler le contexte. L'ANDT explique au cours d'une réunion à l'UMP que le télétravail est susceptible de faire réaliser de grosses économies à la sécurité sociale. En effet, très souvent les arrêts de travail sont en fait des arrêts de déplacements. Un comptable qui se casse une jambe au ski conserve ses compétences, mais ne peut plus ALLER travailler. D'où l'idée d'adapter nos lois au télétravail. Mais les propos sont mal compris et le porte-parole de la majorité de l'époque lance bien trop tôt un vrai pavé dans la marre au lieu de commencer par préparer une action.

    Le président de l'ANDT est donc invité en catastrophe à la matinale de France Info pour tenter d'expliquer ce qui s'est passé.

    Pour écouter l'enregistrement, cliquez sur le l'image ci-dessous.

     

     

    France Info


     

     

     
     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :