• 1 commentaire
  • le 15 mai 2017 - Cyberattaque : Êtes-vous concernés ?

    Le programme utilise une faille de Windows, que l'agence nationale de sécurité américaine (NSA) avait repérée et qu'un groupe de hackers appelé Shadow Brokers a révélée au grand jour.
    La brèche dans le système Windows utilisée par les pirates, appelée EternalBlue, a été patchée pour les versions de Windows sorties après XP. Sont concernés par l'attaque tous ceux qui travaillent sous XP ou dont le système d'exploitation n'est pas à jour avec les différentes mises à jour de sécurité.

    Pour contrer l'attaque, Windows a sorti ce samedi 14 mai 2017 au matin une mise à jour de certaines versions de ses logiciels. Ces patchs de sécurité pour les vieux systèmes d'exploitation ont permis de ralentir la progression du virus. Si vous tournez sous XP ou si vous n'avez pas fait les dernières mises à jour, il est vivement conseillé de les télécharger.


    votre commentaire
  • Le 05 avril 2017 - Si votre chef vous prie d'aller télétravailler en plein désert, sachez que ça fonctionne.

    Lillois de 58 ans, PDG de timbropresse (qui édite Timbres magazine) Monsieur Toulemonde s’en est allé, vivre seul 40 jours dans le désert d’Oman avec deux PC, et l’ambition de continuer de gérer son entreprise à distance. Il serait facile d’écrire qu’il est timbré, mais je ne le pense pas, enfin pas totalement, je m’explique.

    Voilà un homme probablement intelligent, qui était déjà allé vivre seul sur une ile déserte en Indonésie pour prouver qu’il est possible de télétravailler même dans des conditions extrêmes. Très bien et finalement pourquoi pas ? Sauf que pour la presse c’est devenu un vrai sujet. Le risque ? Donner au télétravail une nouvelle fausse image.

    Ce qui est plus difficile à comprendre, sont ses déclarations à la presse. Il fait très chaud. OK. Il a soif. OK. Mais bon téléphoner au médecin pour savoir s’il peut boire de l’eau chaude ... se plaindre de la chaleur et raconter que son pc allait fondre quand il fait 40° en plein soleil sont des remarques dignes d’un voyageur ... très débutant.

    Son équipement de base n’est pas vraiment portable, deux panneaux solaires, un téléphone satellite et deux ordinateurs.

    Tout voyageur un peu expérimenté, se prépare un minimum à l’avance pour s’aventurer dans ces endroits. 40° c’est une température normale dans de nombreuses régions du Monde (et même chez nous certaines années). Alors dire que l’un des PC avait failli fondre, c’est sans doute spectaculaire mais pour le moins exagéré.

    Comme je suis allé non seulement dans les iles du côté de Sumatra et dans quelques déserts africains je suis moins sensible à ce que rapportent les journalistes qui couvrent son expérience. J’ai vu un peu partout autour du monde des PC fonctionner dans des conditions extrêmes. Le long des pistes au Sénégal par exemple. J’ai également vu un technicien réparer un pc en pleine journée sous le soleil d’Égypte, assis simplement sur les marches d’un escalier de pierres à proximité des Pyramides. Alors, chaleur, vent brûlant, hygrométrie pesante sont les données normales dans ces contrées.

    S’il veut démontrer que l’on peut télétravailler de partout et dans des conditions extrêmes, le défi du télétravail poussé à son paroxysme, c’est un peu loupé.

    Le télétravail, c’est le travail à distance. Il n’est pas nécessaire d’aller si loin pour démontrer que ça fonctionne. Et même, qui va véritablement aller télétravailler dans le désert ?

    Tous les techniciens de l’extrême savent communiquer, qu’il s’agisse d’un cosmonaute d’un technicien d’une plate-forme pétrolière ou un Ingénieur basé en antarctique.

    Bref, que veux nous démontrer exactement ce Monsieur ? Personne ne sait vraiment, sauf que le coup du télétravail ça ne fonctionne vraiment pas pour ceux qui savent un peu de quoi il retourne. Alors ? 40 jours loin de chez lui ? C’est exactement la même durée que Koh Lanta, sans les épreuves mais avec du riz.

    Pourquoi le désert d’Oman ? J’ai lu il y a très peu de temps un article qui expliquait que l'Arabie Saoudite veut créer, grâce au télétravail, jusqu'à 141.000 postes pour les femmes à l'horizon de 2020. Le royaume ambitionne de porter la proportion des femmes au travail à 28%, contre 23% en 2016. Alors il suffit de regarder la carte pour comprendre. Serait-ce là la vraie motivation de ce chef d’entreprise ? Il avoue juste vouloir écrire un livre.

    Gérard VALLET


    votre commentaire
  • le 17 janvier 2017 - A l'heure ou les candidats de gauche et de droite entrent en campagne, savoir qui est plus (ou moins) pour le numérique (incluant le télétravail, mais pas que ...) ne manque pas d'intérêt. Terra Nova le sait bien puisque ce rapport tombe justement ces jours derniers. Nous en publions la synthèse. Sur le site de Terra Nova, vous pouvez librement télécharger le rapport en totalité.

    Synthèse

    Les territoires isolés (communes où moins de 25 % des actifs travaillent dans une aire urbaine soit 10 % des communes françaises pour 1,2 million de personnes) connaissent un sentiment d’abandon et de décrochage. Les raisons en sont multiples : la métropolisation de l’économie a conduit à concentrer les emplois et la création de richesses dans le cœur des grandes agglomérations ; la crise des finances publiques s’accompagne d’une raréfaction des ressources budgétaires et, dans certains cas, d’un repli des services publics ; la mondialisation entraîne une nouvelle division internationale du travail et le dépérissement de certains sites industriels excentrés.

    Ce climat se traduit, dans les territoires les moins denses, par une multiplication des comportements électoraux de rupture et un ressentiment grandissant à l’égard des métropoles, de la mondialisation, de l’Europe et des mutations technologiques qui sont en train de redessiner nos façons de produire, de consommer, d’échanger… Et les populations qui vivent dans ces territoires ont souvent l’impression d’être les oubliés de l’histoire : le monde qui change ne leur serait en rien bénéfique, il réduirait même pour eux l’horizon des possibles.

    Cette étude fait le pari contraire. La transition numérique, qui représente une mutation structurelle de l’ensemble de notre tissu productif, social et politique, n’est pas une menace pour ces territoires. Elle est déjà une réalité, une chance et permet le désenclavement des territoires isolés. Les nouveaux usages et outils permettent d’envisager un développement économique différent, plus déconcentré, une qualité de services publics et de santé réellement égalitaires sur l’ensemble du territoire national et de facto un retour dans le monde rural de populations qui devaient jusqu’alors vivre et travailler dans les grands centres urbains. Cependant, les pouvoirs publics et les syndicats ne sont clairement pas au rendez-vous, il est urgent de mettre en place des cadres légaux et réglementaires propres à permettre le développement de ces innovations et de leur potentiel économique, social et civique.

    La transition numérique participe au dynamisme du tissu productif de ces territoires. Elle permet d'accompagner une transition agricole et, avec des moyens peu coûteux, d’optimiser la production, notamment sur plan environnemental. Cependant, les entreprises de ces territoires, si elles veulent largement profiter de cette transition, notamment dans la modernisation de leur mode de distribution et dans l’élargissement de leur zone de chalandise, ont souvent besoin d’un accompagnement ou de formations.

    Des données issues d’une collaboration avec Airbnb illustrent le rôle que peut y jouer l’économie collaborative. 30 % des villages ont au moins une annonce Airbnb alors que 2/3 de ces villages ne comptent aucun hôtel. Ainsi, 123 000 personnes ont été accueillies par ce biais, ce qui a généré 14 millions d’euros de revenus supplémentaires pour ces territoires depuis 2012. Les retombées économiques locales peuvent être significatives, via les travaux de réparation, de rénovation et d'entretien engagés par les propriétaires ou via les dépenses réalisées sur place par les voyageurs (loisirs, achats de produits locaux, etc.).

    La transition numérique contribue aussi à renforcer l’inclusion sociale. La e-administration constitue une avancée dans la lutte contre les inégalités territoriales en matière d'accès au service public comme le démontre le recours à la déclaration fiscale en ligne dans les territoires isolés (30 % hors données anonymisées contre 38 % au niveau national). Mais cet effort doit être accentué. Le déploiement de la télémédecine pourrait fournir une réponse à l’enjeu d’accessibilité des soins et du maintien à domicile des personnes âgées. Toutefois, l’état actuel du droit et des remboursements en freinent le développement. De plus, il est possible de favoriser le retour de certains salariés dans les territoires isolés par le télétravail, même si le cadre légal du télétravail fait peser encore trop de contraintes sur les entreprises et les salariés désireux de s'y lancer.

    Enfin, les problématiques d’accès au réseau, de littératie numérique et de formation doivent être abordés par les acteurs privés, publics et associatifs pour tirer pleinement parti des changements en cours.

    Ce rapport formule sept propositions pour que la transition numérique dans les territoires isolés puisse répondre à un impératif de développement économique et à une ambition d’inclusion sociale et civique.


    votre commentaire
  • Je souhaite à tous les lecteurs et lectrices,

    une bonne et heureuse année 2017.

    Voici 2017

    Gérard VALLET

    Président


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique